jeudi 26 avril 2012

sauter d'abord, observer ensuite

car je ne m'arrête jamais, car je suis toujours en train de créer, de souder, de fondre, d'illuminer et de bitransfigurer la matière. Car je n'ai de limite que le souffle du vent et la marque des baraux brisé de la prison de la vie (que j'ai cassés tout seul), car je vole tel un ange au dessus des villes noires, lancant de mes yeux-lazers le pardon à toutes ces âmes damnées. Car tout cela, voici, en cadeau, pour vous.

Les cavaliers du Ciel : planche 9

et vous êtes abasourdis, oui je le sais, et du regard vous cherchez ma silouhette pour me remercier, mais je suis déjà parti, sur un piton rocheux, quelque part, la liberté dans la bouche, je contemple le monde, et d'un sourire coquin je signe la page blanche de l'avenir de mon nom d'argent : Kayak-Kayak le petit lapin en boudin.

5 commentaires:

Noé a dit…

Des explosions ! Des explosions ! Youpi !
C'est beau le courage et le jaune qui change de teinte à chaque case. On dirait mes changes d'enfant heureux.

Saturnome a dit…

Mais. Tant d'excellence. Cela ne se peut.

ARC8games a dit…

BRRRAAAAHHH ! Meilleure case avec la première. Trop beau sérieux.
Ca devient trop cool là, à quand le retour de Cassie?

Je suis sûr que quand tu dessines, tu le fais avec deux stylos, tu regardes pas la feuille et tu regardes au loin avec un sourire étrange et un turban sur la tête !

Bob Le Flambeur a dit…

On dirait presque que Jean a des yeux et une bouche sur la case 4. Et sinon WAHOU le gros méchant ressemble à Nori! Et sinon WAHOU la première case est un moment d'excellence.

Dr.Mapache a dit…

Vivement la suite !
J'adore vraiment les dialogues et la façon qu'ont les personnages de s'exprimer, t'écris super bien.